Rencontre à cœur ouvert avec Ludovic-Mohamed Zahed, premier imam ouvertement homosexuel de France

Avant de débuter cet article, je tiens à vous expliquer en quelques mots ma démarche dans cette nouvelle série de publications que j’ai appelée « Rencontre à cœur ouvert ». J’ai longuement réfléchi à créer un concept pour le blog qui vous permettrez de découvrir une personne inspirante et « hors norme ». A long terme, j’aimerais réaliser des vidéos car je sais que c’est le format le plus agréable pour découvrir en quelques minutes la philosophie et les valeurs d’une personne. Pour l’heure, j’ai choisi de vous résumer en quelques lignes chaque rencontre « extraordinaire » qui vont avoir lieu sur mon chemin vers l’amour inconditionnel.

Vous vous demandez surement pourquoi ce terme « Rencontre à cœur ouvert », et vous avez bien raison. Je suis un grand « fan » du travail d’Olivier Delacroix et de son émission « Dans les yeux d’Olivier » dans laquelle il propose d’aller à la rencontre d’hommes et de femmes dont le destin a basculé pour découvrir leur histoire de vie. Tout cela dans un respect et une bienveillance qui font de cette émission une réussite. Même si j’ai la chance d’avoir le même prénom (et de beaux yeux^^), cela me semblait un peu facile de reprendre le nom de son émission. J’ai donc opté pour un concept qui symbolise pour moi l’essence même de mes rencontres, la position dans laquelle je me place pour être pleinement à l’écoute de l’autre c’est à dire avec « le cœur ouvert ». Il ne suffit pas d’être à l’écoute, il faut se donner les moyens de ressentir et de comprendre la réalité de l’autre. Avoir le cœur ouvert cela signifie être prêt à accueillir ce que ressens l’autre, ce qu’il vit au plus profond de lui.

Chacun de mes articles sera organisé en trois parties : « Contexte de la rencontre » ; « Présentation de l’invité » et enfin « Ce que je garde de ce moment ». Je suis actuellement en pleine réflexion pour savoir comment vous intégrer dans mes entretiens… Je vais peut-être vous annoncer la personne que je vais rencontrer à l’avance pour vous donner la possibilité de me poser des questions que je lui soumettrai. À méditer…



Contexte de la rencontre :

Lors du deuxième confinement, alors que je « scrollais » le fil d’actualité facebook pour faire passer le temps, je suis tombé sur une vidéo de Vice TV avec comme invité un imam qui avait la particularité d’avoir ouvert une mosquée inclusive à destination des personnes homosexuelles et trans. J’étais (et je le suis encore) très en colère intérieurement contre l’homophobie ambiante dans notre société et plus particulièrement dans l’Église catholique. Ce témoignage bienveillant et empli d’amour inconditionnel m’a bouleversé en profondeur. J’ai alors contacté mon ami Jean-Michel Dunand (fondateur de la communion Béthanie) pour lui montrer cette vidéo porteuse d’un message d’inclusion porteur d’espoir. Quelques secondes plus tard, j’ai reçu le SMS suivant « Oui je le connais bien, c’est un ami ». Je me suis alors dit que la phrase « les grands esprits se rencontrent » correspondait parfaitement à cette scène. Je lui ai alors demandé le contact de cet homme pour que je puisse lui dire combien son témoignage m’avait touché. Habitant à Marseille, j’ai du attendre octobre 2021 pour aller à sa rencontre lors d’un passage à la Maison Bernadette (association dans les quartiers Nord de Marseille pour laquelle j’ai été bénévole en 2019).


Présentation de l’invité :

Prénom : Ludovic-Mohamed

Nom : Zahed

Naissance : 1977 à Alger

Profession : Chercheur et théologien

Ville : Marseille

Particularités : premier imam ouvertement homosexuel et fondateur de la première mosquée inclusive

C.V : Ludovic-Mohamed Zahed est docteur en sciences humaines et sociales, fondateur des homosexuel-le-s musulman-e-s de France et musulman-e-s progressistes de France, membre fondateur du réseau international inclusif et de celui interreligieux LGBT+, anthropologue et coordinateur de recherche clinique à l’hôpital Nord de Marseille. Il est également fondateur de l’institut « Calem » qui vise à former des « imams » (=des guides) dans une approche progressiste ouverte à tous quelque soit l’origine, le genre ou l’orientation sexuelle de la personne.

Parcours de vie : Ludovic Mohamed est né à Alger en 1977 avant de rejoindre la France avec ses parents un an plus tard. Il revient dans sa ville natale lors de la guerre civile d’Algérie. Dans sa quête de spiritualité, il rejoint les salafistes de Kouba afin de parvenir à trouver une paix intérieur et un apaisement profond. Malheureusement, ses convictions et ses valeurs ne correspondent pas à la doctrine proposée par ce groupe de musulmans radicaux. Il découvre son homosexualité à l’âge de 17 ans en tombant amoureux de l’homme qui lui enseignait le Coran. Il finit par quitter le groupe et s’éloigne de l’islam. En 1995 il s’installe avec sa famille définitivement à Marseille. C’est dans cette ville qu’il vit sa première relation de couple et sexuelle. Il est contaminé par le virus du sida à l’âge de 19 ans, maladie qui l’incitera à écrire un livre sur son parcours en tant que séropositif. Il crée en 2010, l’association Homosexuels musulmans de France, puis fonde en 2012 la première « mosquée inclusive » ouverte à tous. Il obtient la nationalité française à l’âge de 20 ans et adopte « Ludovic » comme prénom. Il devient en 2011, le premier homme musulman à s’être marié religieusement avec un autre homme. Il est titulaire d’un doctorat en anthropologie avec une thèse intitulée « L’émergence publique des minorités sexuelles musulmanes et les mutations d’un rapport inclusif à l’islam en France ». En avril 2014, il participe à la conférence « Rethinking Homosexuality un islam » organisée par Adi Bharat à Boston University. Le 2 août 2014 à Stockholm il a marié religieusement deux femmes iraniennes. Par la suite, il ouvre un lieu de prière inclusif et un centre de formation à distance intitulé Calem, « pour former une nouvelle génération d’imams, avec des femmes et des personnes LGBT ».

« Ainsi, à partir de mes réflexions personnelles, sur lesquelles j’ai construit différentes actions et initiatives citoyennes très concrètes et pour certaines indispensables, je pense aujourd’hui que nous, qui appartenons à quelque minorité que ce soit, n’avons plus le choix à mon sens que de nous assumer, d’être visibles, de faire valoir nos droits en sortant chacun à son propre rythme, à sa façon propre de la pénombre et des ténèbres parfois confortables du harem, afin de pénétrer la tête haute et la face exposée, en pleine lumière. »

Ludovic-Mohamed Zahed

Ce que je garde de ce moment :

  1. L’homosexualité n’est pas interdite par le coran : Contrairement à ce que je pensais, l’homosexualité n’est jamais citée dans le Coran et encore moins condamné. Ludovic-Mohamed déplore ce tabou qu’est devenue l’homosexualité dans les pays du Maghreb se transformant en homophobie profonde chez les plus traditionnalistes parmi les musulmans. Pour lui, il s’agit d’une des conséquences du patriarcat et de la masculinité toxique. En Algérie, il n’y a pas de mot pour parler d’homosexualité. On parle de « ça », de « cette abomination », d’une « déviance ».
  2. L’islam est une religion de paix et d’amour : Contrairement à ce que nous déclare un certain personnage politique qui signe d’un Z ses affiches de campagne (et ce n’est pas Zorro), l’islam est une religion de paix et d’amour. Comme dans toutes les religions, des personnes tentent d’utiliser les textes pour utiliser Dieu afin d’asseoir leur pouvoir politique et leur emprise sur les consciences, mais elles ne sont pas représentatives du message qui est porté dans les textes. Pour preuve, le mot arabe « islam » provient de la racine « slm » qui exprime la paix. L’un des verbes dérivés de la racine « slm » signifie être sain et sauf, être en sécurité. On est loin de la vision violente et fondamentaliste qu’incarne les groupes djihadiste, puis reprise par les médias pour stigmatiser les musulmans.
  3. Ne pas confondre « islam », « musulman » et « islamisme » : « islam » = c’est la religion abrahamique s’appuyant sur le dogme du monothéisme absolu et prenant sa source dans le coran « musulman » = personne croyante qui considère le coran comme un texte sacré « islamisme » = courant de pensée qui souhaite mettre en place un islam politique et souvent radicale Le problème ce n’est pas l’islam, mais bien les interprétations abusives des fondamentalistes. Que l’on soit contre l’islamisme c’est une bonne chose. Que l’on soit contre l’islam ça n’a aucun sens, et c’est considéré comme de l’islamophobie, comme une discrimination envers une communauté qui ne cherche rien d’autre que d’avoir la liberté de croire.
  4. Pas de clergé dans l’islam, une caractéristique à double tranchant : À l’opposé de la religion catholique, la religion musulmane ne possède pas une institution, une organisation pour former et accompagner ses « guides » (les imams). D’un côté, cela permet de mettre en place des actions ou des initiatives sans craindre que cela soit en désaccord avec les dogmes de l’institution (ouvrir une mosquée inclusive par exemple) mais d’un autre côté chaque imam peut prêcher ce que bon lui semble sans craindre des sanctions d’une institution qui lui serait supérieur.
  5. L’homophobie est présente dans toutes les religions : Ludovic-Mohamed a eu l’occasion de découvrir plusieurs religions et son constat est sans appel : l’homophobie est un biais cognitif que l’on retrouve dans toutes les croyances et dans toutes les religions. Il faut offrir un autre regard sur l’homosexualité pour permettre à chaque personne de modifier ses schémas de croyance.
  6. L’homophobie dans la religion génére un « écartélement » intérieur : Comme Jean-Michel Dunand, Ludovic-Mohamed m’a expliqué cette sensation de tiraillement, d’écartélement profond et intérieur des personnes homosexuelles dans des religions qui rejettent leur orientation sexuelle. « Il y a un désir profond d’appartenir à son groupe de pair, à sa communauté religieuse mais avec un besoin profond de vivre ses sentiments et sa sexualité. Cela amène les personnes dans un véritable conflit intérieur, qui peut mener à un dégoût profond de son orientation sexuelle jusqu’à une sorte de « schizophrénie » avec un personnage pour correspondre à ce que demande la religion et puis un autre pour la vie sexuelle/sentimentale. » Cela m’a amené à une réflexion sur la souffrance que cela cause chez ces personnes. Dans mes échanges avec des représentants de l’Église sur l’inclusivité des personnes LGBTQ+, j’ai souvent entendu l’argument « C’est des gens qui sont en souffrance de part leur orientation sexuelle qui est contre nature. Trouve moi une personne homosexuelle qui ne soit pas en souffrance? ». Plus j’ai la chance de côtoyer et d’échanger avec des personnes LGBTQ+, et plus je me rends compte du ridicule de cet argument qu’avance l’Église pour justifier de l’homophobie ambiante de son institution. Ce n’est pas parce qu’elles sont homosexuelles qu’elles souffrent, mais bien parce qu’elles ne peuvent pas être acceptées dans leur singularité par leur communauté religieuse. Comment se construire « normalement » lorsque l’on est en permanence dans un dégoût de soit, de son corps, de son orientation sexuelle ? Comment être en bonne santé mentale lorsque l’institution de votre religion vous impose une abstinence forcée ou pire une thérapie de conversion ? Comment parvenir à être stable sentimentalement et sexuellement lorsque votre entourage et la religion « diabolisent » votre orientation sexuelle ? Elles sont là les véritables questions à se poser lorsque l’on parle de la souffrance dans l’homosexualité.

Il est urgent de proposer une nouvelle manière de voir l’islam, pour éviter que l’islamophobie ne se diffuse et que les islamistes ne s’accaparent cette religion à des fins politiques. Comme pour l’homophobie, nous avons tous un rôle à jouer pour lutter contre ces discriminations et cela commence par la manière dont on accepte la différence de l’autre même si on ne le comprend pas sans chercher à trouver des explications. L’accueillir comme il se présente, avec sa réalité pour l’aimer pour ce qu’il est et non pour ce que l’on aimerait qu’il soit. Là commence le chemin d’amour inconditionnel que nous sommes tous invités à vivre !

« Ma religion est désormais celle de la paix, de l’amour inconditionnel et de l’égalité humaine, mon dogme, celui de la générosité et du partage, mon rituel, celui de l’empathie et du respect envers mes frères humains »

Ludovic-Mohamed Zahed

Merci Ludovic Mohamed !

Ouvrages de Ludovic-Mohammed :

  1. Révoltes extraordinaires : un enfant du sida autour du monde, Paris, L’Harmattan, 2011, 205p
  2. Le coran et la chair : Témoignage, Paris, Max Milo, 2012, 189p
  3. LGBT Musulman.es : Du placard aux Lumières, face aux obscurantismes et aux homonationalismes, Des Ailes sur un Tracteur

Tu as une idée pour une prochaine rencontre ? Des questions à poser à Ludovic-Mohamed ? N’hésite pas à me contacter !

Un avis sur « Rencontre à cœur ouvert avec Ludovic-Mohamed Zahed, premier imam ouvertement homosexuel de France »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :